facebbok

Youtube

Rss

Web Radios

Français|

Accueil >Actualité >Chronique

Chronique22/10/2020 à 10:00

L’équation difficile du secteur de l’information

L’équation difficile du secteur de l’information

Par Mansour M’henni

L’attention critique et même contestataire est focalisée ces derniers jours sur un débat houleux au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et projetant ses éclats tant dans les secteurs concernés qu’auprès du commun des citoyens, même si pour ces derniers la passion est largement atténuée par des dépits et des désenchantements de toutes natures et de toutes parts.

Le point focal de la divergence est la proposition du bloc « La Coalition de la dignité » de réviser le décret-loi N° 2011-116 du 2 novembre 2011, relatif à la liberté de la communication audiovisuelle et portant création d’une Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA). Si la révision du décret, en elle-même, est majoritairement souhaitée pour diverses raisons, la grande mobilisation contre elle aujourd’hui aurait pour causes d’un côté son timing, « pourquoi maintenant ? », de l’autre l’auteur de la proposition, « La Coalition de la dignité », par trop suspect quant à ses intentions et ses motivations.

Il conviendrait de signaler, d’emblées, l’état on ne peut plus critique du secteur de l’information dans notre pays, malgré l’important acquis que personne n’ose contester, celui d’une large émancipation de la parole et d’une libre expression de l’opinion. Peut-être n’avons-nous pas convenablement su profiter de cet acquis en termes de cohésion sociale malgré et grâce à nos différences respectives ! Sans doute avons-nous exagérément assujetti cette chance à la manipulation politique et aux jeux et enjeux voilés du lobbying financier ! A croire qu’il nous faudrait un temps suffisant pour nous rééduquer et nous adapter à notre nouvelle façon d’être, et cela s’appliquerait plus à ceux qui se prétendaient les chantres de la liberté qu’à ceux qui avaient fait, par le passé, le jeu de la domination et de l’autorité absolue.

On en donnerait pour preuve les décisions arbitraires et peu réfléchies de la première instance indépendante liée au secteur, en l’occurrence l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (INRIC), ancêtre de la Haute Autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA). Pensons à toutes les autorisations de télévisions et surtout de radios attribuées sans raisons convaincantes, voire dans une déraison alarmante. Au résultat, combien nombreuses sont les entreprises de ce genre ayant vite fermé ou trainant encore un contentieux financier et social déplorable. Malgré un statut relativement plus solide et un souci de s’acquitter, autant que faire se peut, des charges qui lui incombent dans une relative conscience de ses responsabilités et dans un inévitable et périlleux zigzag politique, la HAICA est vraiment au bout du tunnel. Enrique Klaus, Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), l’écrivait déjà en 2015 dans L’Année du Maghreb [En ligne] : « À présent paralysée, dans l’attente d’une loi sur l’audiovisuel abrogeant le décret-loi 116, [la HAICA] fait aujourd’hui figure d’anachronisme transitionnel ».

Ainsi donc, la révision n’est pas à mettre en cause, c’est tout ce qui l’entoure aujourd’hui qui suscite la méfiance : d’abord le groupe parlementaire ayant appelé à voter en assemblée de l’ARP la révision du décret sur sa proposition dont les termes méritent grande discussion. Il faut se souvenir que La Coalition est un parti né des cellules des fameuses « Ligues pour la protection de la révolution », demeurées en veilleuse après leur interdiction. Pour certains, rien d’étonnant alors à lui trouver le langage qu’on entend, les spectacles qu’on voit et les tensions qui entourent la plupart de ses actes. Et la conclusion présentée par leurs opposants est que les Tunisiens se sont vite rendu compte, sur le terrain, que ce groupe parlementaire et son parti sont l’antichambre d’un plan d’action plus large et aux intentions suspectes. Nous pensons que la question centrale, à ce propos, c’est jusqu’à quel point la notion de vivre-ensemble peut valoir entre nos différentes formations politiques et quelle tolérance peut y fonctionner. A croire que la réponse à cette question remet sur le tapis notre définition de la démocratie.

Quant aux arguments d’employabilité et de dynamisation du secteur économique, force est de reconnaître que le sauvetage de ce secteur vital, qui aurait pu fusionner dans un seul ministère, « Développement économique et employabilité », est urgent, d’une urgence de vie ou de mort, mais que nos politiciens s’en soucient si peu qu’il nous reviendrait de leur dire en quoi ils sont vraiment des politiciens. Est-ce pour nous casser la tête avec des discours pleins de rhétorique et vides d’idées ? On n’en a que faire, on s’en est vraiment gavé jusqu’à l’indigestion.

Au final donc, le secteur des médias mérite de larges débats sereins et rationnels, on peut les commencer mais on ne doit guère se précipiter à le « bâillonner » de nouveaux par des lois qu’on aurait du mal à réviser. Prenons-y le temps qu’il faut pour faire ce qui se doit. Mais concentrons-nous d’abord sur le redressement économique et sur les problèmes sociaux, car c’est par ce biais qu’on peut espérer une sortie honorable d’une situation par trop menaçante.

Il est temps que nous politiques en prennent conscience et le veuillent, et d’abord l’ARP et le gouvernement. Et au besoin, la présidence.

Economique Jawhara FM

jmc
Voir tous les PODCASTS

PODCASTS

Economica du lundi 09 Novembre 2020

Economica

Economica du lundi 09 Novembre 2020

L’accord d’El Kamour appliqué

Business News du lundi 09 Novembre 2020

Business News

Business News du lundi 09 Novembre 2020

Sousse : Plus de 100 têtes de bétail touchées par la maladie de la langue bleue

Journal Info 12h00 du samedi 08 Novembre 2020

Journal Info

Journal Info 12h00 du samedi 08 Novembre 2020

Le chef de l'Etat Saied félicite Biden

   Journal Info 07h00 du samedi 08 Novembre 2020

Journal Info

Journal Info 07h00 du samedi 08 Novembre 2020

Climat et Immigration parmi les principaux points attendus du président américain élu

Economica du jeudi 08 Octobre 2020.

Economica

Economica du jeudi 08 Octobre 2020.

Moody's confirme la note B2 de la Tunisie et lui confère une perspective négative

Economica du jeudi 08 Octobre 2020

Economica

Economica du jeudi 08 Octobre 2020

Déroulement du processus de la vérification fiscale

voir tous les sondages

sondage

Le gouvernement Mechichi aura-t-il la confiance du Parlement ?

52%
15 votes
24%
7 votes
24%
7 votes
Nombre total de votes : 29 Retour Voter Voir le résultat
horoscope.jpg