facebbok

Youtube

Rss

Web Radios

Français|

Accueil >Actualité >Chronique

Chronique29/04/2022 à 11:49

Ramadan dans le tumulte des interrogations sociétales

Ramadan dans le tumulte des interrogations sociétales

Ramadan s’en va de ses derniers pas différemment sentis par les gens, chacun selon sa foi, ses lois, ses infections et ses affections. Il n’en a pas moins meublé la vie des gens, comme tous les ans, de plusieurs questions et de débats s’y rapportant. 

Tantôt c’est le coût de la vie qui est de tout propos, tantôt ce sont les liens familiaux et les œuvres sociales aux couleurs de charité ou de solidarité. Tantôt encore c’est l’irrespect des lois en vigueur et des codes de gestion de l’ordre de la vie communes, surtout en matière du code de la route. Pour tout dire, il y a bien un ramadan pour tous, mais il y a surtout un ramadan pour chacun.

Une des caractéristiques les plus soulignées de ce mois saint dans notre société, c’est sans doute aussi l’ambiance culturelle telle que vécue dans les espaces appropriés et adaptés pour la circonstance, ou alors en famille dans le strict conditionnement par les programmes télévisuels. Force est de reconnaître que la programmation culturelle est pluridimensionnelle, peut-être en raison de la coïncidence, cette année du mois de Ramadan et des dates repères de certains événements culturels liés au livre, aux arts et surtout au patrimoine, à l’entrée d’une saison touristique sur laquelle sont mis de grands espoirs comme sur la saison agricole. N’empêche que cette dynamique culturelle manifestement riche nourrit l’espoir aussi d’un redémarrage heureux de la dynamique du secteur sur la base d’une pensée et d’une conception partagées avec les concernés, dans l’esprit et l’objectif de sauvegarde d’un modèle de société démocratique, laborieux, pluriel dans sa variété et cohérent dans son sens du vivre-ensemble.

Encore faut-il se convaincre qu’un ministère de la culture n’est pas seul à faire ni à entretenir la culture d’un pays ou d’une société. Il y a les associations, pilier principal de la société civile, qu’il serait risqué d’étouffer par des procédures administratives prenant le pas sur les objectifs attendus de leurs actions. En effet, contrôler la régularité de leur fonctionnement pour éviter certains dérapages attestés est une chose, mais réduire l’impact sociétal des associations civiles, surtout celles à caractères scientifique et culturel, en est une autre gravement risquée pour l’esprit de citoyenneté comme nerf moteur de la socialité.

Les médias constituent aussi un point focal pendant le mois de ramadan, si bien qu’on suit de près leurs productions pour la circonstance, avec un regard tantôt abusivement complaisant tantôt sévèrement critique. On organise même des rencontres de discussion et de consécration de ces productions, surtout celles des télévisions. Dans cette mouvance, indépendamment du feuilleton qui a été primé et de celui qui a été brimé, il semble évident que les citoyens tunisiens, tous niveaux confondus, soient dans la soif d’un vrai débat sur les principes fondamentaux de leur vie commune, ceux-ci déterminant leur conscience de la nature de leur société. Ainsi, entre la question d’émigration clandestine et celle du mariage Orfi, les Tunisiens manifestent leur inquiétude quant à une société apparemment en perte d’acquis certains, bien que nécessitant certaines améliorations plutôt qu’un état de régression. Ils se demandent si ce qu’ils ont vécu en 2011 et ce qui s’en est suivi a effectivement favorisé la liberté d’expression ou s’il n’en a monté qu’une force ou une triste parodie. Ils ne savent plus si la tendance, à plusieurs niveaux, tend à les couler dans le moule islamiste ou à défendre leur islamité historiquement inscrite dans la logique du progrès et de la modernité.

Tout cela ne serait que signe d’un malaise certain qui peut déboucher sur n’importe quel imprévu. Il serait urgent, par conséquent, de veiller à rationaliser ces débats et de les orienter vers l’action constructive solidaire et aussi consensuelle que possible. Tout le monde devrait s’y mettre. En attendant, le Président de la République a annoncé une surprise pour l’aïd, espérons que celle-ci sera la bonne !

Economique Jawhara FM

jmc
Voir tous les PODCASTS

PODCASTS

Economica du jeudi 15 Février 2021

Economica

Economica du jeudi 15 Février 2021

L'artisanat tunisien : La plupart des sociétés se trouvent dans une situation critique, 40% ont déjà déposé la clé sous la porte

Business News du lundi 15 Février 2021

Business News

Business News du lundi 15 Février 2021

Les préparatifs du ministère du Commerce pour le mois de Ramadan

Business News du lundi 18 Janvier 2021

Business News

Business News du lundi 18 Janvier 2021

Le taux de change du jour

Journal Info 07h00 du lundi 18 Janvier 2021

Journal Info

Journal Info 07h00 du lundi 18 Janvier 2021

Protestations nocturnes : 50 éléments arrêtés dont un enfant

  Economica du lundi 18 Janvier 2021

Economica

Economica du lundi 18 Janvier 2021

Les répercussions du Confinement total et ciblé sur l'économie tunisienne

Economica du mardi 12 Janvier 2021

Economica

Economica du mardi 12 Janvier 2021

Appréciation du Dinar tunisien par rapport au dollar

voir tous les sondages

sondage

Pensez-vous que la situation épidémiologique va s'améliorer ?

50%
65 votes
22%
29 votes
27%
35 votes
Nombre total de votes : 129 Retour Voter Voir le résultat
horoscope.jpg