facebbok

Google +

Youtube

Rss

Web Radios

Français|

Accueil >Actualité >Chronique

Chronique21/05/2018 à 14:54

Ramadhan et l’église des anglicans

Ramadhan et l’église des anglicans

Par Boubaker Ben Fraj


L'objet de ce propos, n'a aucun rapport - hormis le nom - avec le mois de Ramadhan, mois du jeûne qui imprègne cycliquement  au cours de cette période de l’année lunaire, la vie spirituelle et quotidienne des musulmans,

Ramadhan dont il s'agit ici, ou Romdhân  tel que prononcé en dialectal tunisien, fut un important homme de pouvoir qui avait exercé la charge beylicale dans la régence de Tunis de 1591 jusqu'à 1613. 
  A cette époque, la fonction du bey consistait à diriger les deux expéditions militaires annuelles connues sous le nom de "m'halla". La m’halla d’hiver et celle de l’été avaient pour principales tâches la levée des impôts à travers le pays et le contrôle de l'administration territoriale. Elles veillaient  du même coup à la pacification des tribus et des régions de l’intérieur, afin d'assurer leur soumission au pouvoir central de Tunis. 
Grâce à sa forte personnalité et à ses qualités de commandement exceptionnelles, Romdhân Bey contribua notablement, non seulement à instaurer le calme et une certaine prospérité dans le pays, mais aussi à renforcer la position des beys au sein d'un système de pouvoir, qui était basé à cette époque, sur un équilibre subtil, mais fluctuant, entre l'autorité des deys d'un côté, et celle des beys de l'autre. 
   Cela dit, je dois dire que ce qui a éveillé fortement ma curiosité envers ce personnage, c'est moins la carrière politique brillante qu'il avait connu, que des côtés de sa vie personnelle qui m'ont paru singuliers, significatifs, voire instructifs. 
D'après l'historien et chroniqueur tunisien Al Wazir Al Sarraj ( 1659-1735), le père de Romdhân bey est un janissaire - armateur turc d'Alger du nom de Hussein, qui pratiquait la course  en ce moment très répandue, contre les bateaux des pays chrétiens.

Lors de l'une de ses expéditions, il captiva une jeune chrétienne d'Italie, qui voyageait par mer  afin de rejoindre le mari qu'elle   devait épouser.
Installé à Tunis,  Hussein ne tarda pas à épouser sa belle captive après l'avoir affranchie, sans la forcer pour autant, à se convertir à l’Islam. Quelques années plus tard, il eut d'elle son fils Romdhân, qui s'élèvera au bout d'une carrière réussie au titre de bey de Tunis.
Après la mort de Hussein,  la veuve demeurée chrétienne, pria son fils Romdhân devenu entre-temps bey puissant, de lui accorder l'autorisation de retourner dans son pays natal, afin d’épouser  le fiancé italien, auquel elle était promise en mariage avant sa capture.

N’ayant pas réussi à la convaincre de se convertir à l’Islam ou de rester auprès de lui à Tunis, Romdhân bey résigné acquiesça à sa demande de partir et arrangea même son voyage vers l’Italie. Elle retrouva ainsi en plus de son premier pays, son premier fiancé, l'épousa et eut de lui un enfant.

Le sort  avait voulu que son second mari meure à son tour quelque temps après. La mère devenue veuve  pour la deuxième fois, sollicita de nouveau  la bienveillance de son fils  Romdhân bey, pour la ramener de nouveau à Tunis, où elle s'installa convenablement et passa le restant de sa vie, tout en gardant sa religion d'origine. 
Après sa mort et par amour envers sa mère défunte et respect à ce qu’elle fut, Romdhân bey, éleva à sa mémoire à Tunis  tout près des remparts, face à la porte aujourd'hui disparue de Bab Cartagenna, une église réservée au culte protestant. Religion  qu'avait professé sa mère  durant sa vie ;  et c’est à l’intérieur de son enceinte qu’elle fut inhumée.
Cette église édifiée par un prince musulman en pays d'islam, a permis aux chrétiens protestants, de pratiquer depuis plus de quatre siècles, leur culte en toute liberté. Elle fut même agrandie par Ahmed bey au milieu du XIXème siècle avant d’être reconstruite  sous sa forme actuelle vers 1901. 
Il s'agit précisément de l'église protestante anglicane Saint Georges qu’on peut voir encore au milieu de la rue Monji Slim en plein cœur de la capitale.

Gérée depuis par l'ambassade de Grande Bretagne à Tunis,  l’église Saint Georges ne cesse d'être fréquentée tous les dimanches par un grand nombre de fidèles parmi les  protestants anglicans  résidant en Tunisie, issus de toutes provenances. 
  Combien parmi eux savent-ils  que leur lieu prière et de piété, fut à l'origine et avant tout, un témoignage d'amour filial et un geste de tolérance, qu'un bey tunisien musulman avait  consenti à sa mère?

Voir tous les PODCASTS

PODCASTS

Politica du jeudi 18 Octobre 2018

Politica

Politica du jeudi 18 Octobre 2018

Ridha Belhaj, invité de politica

Journal Info 12h00 du jeudi 18 octobre 2018

Journal Info

Journal Info 12h00 du jeudi 18 octobre 2018

Intempéries : Le point sur la situation

Business News du mercredi 17 Octobre 2018

Business News

Business News du mercredi 17 Octobre 2018

Communiqué routier : Suspension de la circulation entre Siliana et El Fahs

Revue de presse du jeudi 18 Octobre 2018

Revue de presse

Revue de presse du jeudi 18 Octobre 2018

Un nouveau Nidaa à trois têtes

Journal Info 07h00 du jeudi 18 octobre 2018

Journal Info

Journal Info 07h00 du jeudi 18 octobre 2018

Intempéries : Suspension des cours dans plusieurs établissements éducatifs

  Politica du mercredi 17 Octobre 2018

Politica

Politica du mercredi 17 Octobre 2018

وزير التجارة السيد عمر الباهي ضيف بوليتيكا

voir tous les sondages

sondage

Les défaillances des infrastructures encore mises à nues par les pluies : Pensez-vous qu'il est temps d'ouvrir une enquête ?

100%
5 votes
0%
0 vote
0%
0 vote
Nombre total de votes : 5 Retour Voter Voir le résultat

CARICATURE DU JOUR

Voir toutes les caricatures

horoscope.jpg